Quand la kinésiologie est-elle née ?

C’est un chirurgien orthopédiste de Boston, R. W. Lovett, qui a développé le premier, au début du 20ème siècle, la technique du test musculaire. Il s’en servait notamment pour évaluer les handicaps résultant de la polio et les lésions nerveuses.

En 1930, Chapman, un chiropracteur américain, observe qu’un flux lymphatique paresseux entraîne des dysfonctionnements physiques. Il établit une série de points réflexes lymphatiques, dont la stimulation améliore la santé de ses patients.

A la même époque, un autre chiropracteur américain, Bennett, découvrit qu’en stimulant certains points du crâne on pouvait influencer la circulation sanguine dans certains organes, et établit lui aussi une carte de points réflexes vasculaires.

C’est dans les années 60 que le Dr George Goodheart, chiropracteur à Detroit, s’intéresse au test musculaire. Il s’aperçoit que certains muscles semblent être en relation avec un organe, et qu’à un dysfonctionnement de l’organe correspond un muscle faible. Il découvre aussi que les points réflexes lymphatiques de Chapman et les points réflexes vasculaires de Bennett sont en lien avec des muscles particuliers, et que leur stimulation renforce le muscle la plupart du temps.

Il se met à lire les traités médicaux chinois, qui détaillent le système des méridiens d’acupuncture et dressent la carte des flux d’énergie du corps. Il remarque que les muscles qui ne réagissaient pas aux techniques précédentes se renforcent lorsqu’il passe la main juste au-dessus du tracé d’un méridien. Il établit un système de correspondance muscle/organe/méridien, et publie un ouvrage de recherche sur le renforcement des muscles en 1966. La Kinésiologie appliquée était née.

Depuis les années 70, la kinésiologie connaît un développement rapide. Elle s’est diversifiée en plusieurs branches et a essaimé dans de nombreux pays.